Restaurations de type CEREC

Restaurations de type CEREC

La restauration de type CEREC est issue d’une technologie de pointe au service du patient développée il y a 30 ans et s’étant sans cesse améliorée depuis. Le nom CEREC provient d’un acronyme anglophone qui signifie « restauration en céramique économique et esthétique fabriquée à la chaise » (Chairside Economical Restauration of Esthetic Ceramic). En effet, elle permet de fabriquer une restauration en céramique de qualité supérieure en une seule visite. Les couronnes et les incrustations indirectes sont les restaurations les plus utilisées.

Il est aussi possible de fabriquer des couronnes sur implants, des ponts temporaires en acrylique, des ponts permanents en céramique ou des facettes de céramique. Grâce à des avancées récentes, cette technologie permet maintenant la création de guides chirurgicaux en implantologie en intégrant la technologie du scan 3D.

Choix du matériau : la céramique

La céramique dentaire demeure à ce jour le matériau qui ressemble le plus à l’émail dentaire dans sa rigidité, sa texture et sa façon de réagir aux variations de température lorsque l’on mange. Elle est un matériau très biocompatible qui redonne de la force à une dent abîmée. De plus, elle permet d’avoir un grand confort de mastication et une usure qui s’apparente à l’émail naturel des dents, ce qui est avantageux pour la dent elle-même et pour les dents voisines. En effet, les contacts entre les dents adjacentes restent plus serrés, ce qui évite la fâcheuse situation d’avoir de la nourriture qui reste coincée entre les dents. De plus, le rythme d’usure des dents lors de la mastication ressemble d’avantage à l’usure de frottement entre deux dents naturelles. Les risques d’usure prématurée (attrition) ou de bris des dents voisines sont donc moindres.

Dans quelles conditions une restauration CEREC est-elle nécessaire?

Une restauration CEREC est majoritairement construite pour renforcer une dent d’adulte (permanente) qui a une carie volumineuse, qui est cassée ou qui a déjà une large restauration en amalgame ou en composite. Elle peut aussi être indiquée pour renforcer une dent douloureuse à cause d’une fissure (syndrome de la dent fêlée). Le dentiste est le seul capable de diagnostiquer ce genre de lésion et de vous recommander le traitement adapté à votre situation.

Quels sont les avantages de la restauration CEREC?

Outre les avantages de biocompatibilité et de confort, la restauration en céramique de type CEREC offre des avantages d’un point de vue plus technique. Comme elle est fabriquée au même rendez-vous, elle permet au dentiste de conserver une plus grande portion saine de la dent. En effet, le lien de collage qui unit la dent à la céramique est reconnu pour être plus fort sur l’émail sain et il permet de conserver certaines parois qui devraient être retirées si la restauration était faite en deux visites. Selon les études scientifiques, la restauration en céramique de type CEREC redonne 98 % de la force d’une dent naturelle vierge. Elle offre une meilleure durabilité que les obturations en composite blanc.

De plus, cette technologie permet au patient de recevoir la restauration en une seule visite. Ceci implique donc une seule anesthésie et pas de restauration provisoire que l’on doit habituellement porter en attendant la conception de la pièce de céramique au laboratoire. Cette pièce provisoire tend à être fragile, à décoller et peut occasionner des douleurs au froid passagères. De plus, dans le cas d’incrustations temporaires, la restauration provisoire n’étant maintenue qu’avec un ciment temporaire, la dent restante n’est pas encore aussi solide et est plus à risque de se casser.

La technologie CEREC implique aussi l’utilisation d’une caméra numérique ou vidéo, selon la génération utilisée par le dentiste. Cette caméra permet de créer un modèle en 3D à partir duquel la pièce de céramique est conçue. Cela élimine le besoin de prendre des empreintes en matériaux standards, qui peuvent être difficiles à tolérer ou donner des haut-le-cœur à certaines personnes.

Finalement, cette restauration demeure habituellement moins dispendieuse pour le patient et permet au dentiste d’être compétitif dans ses prix par rapport à une restauration fabriquée en laboratoire. Ces dernières nécessitent du transport, une prise d’empreinte et l’utilisation de diverses autres technologies et matériaux plus coûteux, en plus d’avoir le désagrément de nécessiter deux visites.

Comment fonctionne le CEREC?

Empreinte numérique

La conception de la restauration en céramique de type CEREC se divise majoritairement en trois étapes. La première étape consiste à capter les images de la préparation faite par le dentiste à l’aide d’une caméra numérique ou vidéo, selon la génération de l’appareil utilisé.

Conception assistée par ordinateur

La deuxième étape consiste à créer virtuellement la restauration à l’aide d’un programme informatique spécialisé. Le dentiste peut alors analyser la préparation, définir les contours et dessiner la restauration en 3D à l’aide de plusieurs outils virtuels. Ceci s’apparente à du dessin technique utilisé dans plusieurs domaines technologiques. On parle souvent de technologies CAD-CAM (conception assistée par ordinateur – usinage assisté par ordinateur (Computer Assisted Design-Computer Assisted Manufacturing)). Finalement, le dessin est envoyé à une chambre d’usinage.

Sélection du bloc à tailler

Diverses compagnies dentaires fournissent des blocs de céramique pressée à chaud de haute qualité pour la réalisation de ce type de restauration. Le dentiste peut choisir la couleur et la dimension du bloc à ce moment. Il existe une grande sélection de teintes très esthétiques et des blocs avec un dégradé de couleurs pour offrir au patient une restauration se mariant parfaitement avec les teintes naturelles de la dent.

Il existe aussi des céramiques plus résistantes aux fractures (E-MAX MC) qui sont indiquées pour renforcer une dent courte qui a perdu de la hauteur au fil des années par usure (attrition) ou une dent fragile chez un patient qui génère de grandes forces en serrant ou en grinçant des dents (bruxisme). Il existe aussi une catégorie de bloc de matériaux composites pressés (famille de polymères comme les obturations blanches) qui peuvent être utilisés dans les mêmes cas que ceux cités précédemment. La dimension du bloc est établie par le logiciel informatique en fonction de la grosseur de la restauration à accomplir.

Usinage de la pièce de céramique

L’étape suivante consiste à insérer le bloc de céramique sélectionné dans la chambre d’usinage. Cet appareil est pourvu de deux instruments rotatifs en cinq axes, qui tailleront le bloc et reproduiront le dessin 3D créé par ordinateur. Un jet d’eau et d’huile permet de contrôler la température et de diminuer la friction pour obtenir une coupe très précise du bloc de céramique. On compte entre 5 et 20 minutes de délai d’usinage en fonction du type de restauration, du bloc et de l’appareil d’usinage utilisé.

Cuisson de la pièce de céramique

Certains blocs nécessitent obligatoirement une cuisson pour atteindre leur pleine force, c’est le cas des céramiques E-Max MC et du Zircon. D’autres céramiques peuvent être glacées et cuites au four pour en améliorer la résistance ou pour les colorer afin d’obtenir une esthétique supérieure. Cette étape demande plus de temps et c’est pourquoi ce type de restauration est légèrement plus dispendieux.

Quelles sont les limites de la restauration en céramique de type CEREC?

Quoique l’avènement des restaurations en céramique à la chaise demeure une avancée très intéressante pour le patient et le dentiste, cette technologie a certaines limites. Malgré le fait que la céramique soit le seul matériau de restauration capable de renforcer la dent, elle demeure dispendieuse en comparaison d’une restauration en amalgame (obturation grise) ou en composite (obturation blanche), qui demeurent des choix possibles lors de ces situations. Les restaurations en amalgames au mercure ne sont pas offertes à notre clinique pour des raisons de santé (voir toxicité du mercure).

De plus, les restaurations en céramique requièrent une épaisseur et une largeur minimales pour obtenir une bonne résistance. Lorsque le dentiste devrait enlever trop de substance dentaire naturelle pour avoir la dimension minimale requise, mieux vaut choisir une obturation en composite. Finalement, il faut prendre en compte les délais de fabrication des restaurations (dessin, usinage et cuisson). Pour la majorité des cas impliquant plus de quatre dents, il est préférable, d’effectuer la mise en bouche des restaurations lors d’une seconde visite. Dans ce cas, une empreinte est prise (soit avec un matériau viscoélastique, soit avec l’appareil CEREC), puis envoyée au laboratoire par voie électronique. Dans le cas où deux visites sont nécessaires, le dentiste prépare des restaurations provisoires. Les restaurations permanentes seront fabriquées soit par un laboratoire dentaire externe ou par un membre de l’équipe à l’aide de la technologie CEREC. Lorsque les restaurations sont fabriquées à la clinique, cela permet souvent de diminuer le délai de fabrication par rapport aux cas qui sont envoyés au laboratoire externe.

Poser une question ou laisser un commentaire

  1. monique audet byrns dit :

    Après mon rendez-vous d`hier :

    Est-ce que le procédé de céramique qui m`est suggéré est définitif ou il y aura des remplacements plus tard, par exemple à cause de l`usure comme les protèses dentaires.

    Merci

    1. Clinique dentaire Galt dit :

      L’Ordre des dentistes du Québec ne nous permet pas de garantir aucun résultat en ce qui attrait aux traitements dentaires, ni de garantir de durée de vie précise sur des matériaux.

      Plusieurs facteurs peuvent user prématurément les obturations en céramique comme le bruxisme, le serrement de dent ou certaines habitudes orales. Aussi le bon entretien des restauration préviendra la reprise de carie au pourtour de la restauration collée. Plusieurs facteurs difficiles à prévoir sont hors de contrôle du dentiste et rendent votre question difficile à répondre.

      Nous sommes d’avis que les restaurations en céramique sont le choix le plus durable à long terme et sont le matériau le plus biocompatible pour les dents nécessitants des restaurations volumineuses (voir notre section problème et solution).

      En espérant vous éclairer un peu.
      Merci de votre question.

      Dre Anne-Marie Blouin
      pour la Clinique dentaire Galt

  2. martin guimond dit :

    J’ai une restauration CEREC qui a décollé à deux reprises. Est-ce normal et pourquoi ? C’est une grosse dent.

    Merci

    1. Clinique dentaire Galt dit :

      Bonjour Monsieur Guimond,

      Vous semblez dire que votre restauration de type CEREC s’est décimentée à deux reprises. Les restaurations de type CEREC sont habituellement très résistantes. La céramique dentaire dont elles sont issues est un matériau très résistant qui ressemble à l’émail naturel de la dent. Si votre restauration a bien décollée, il y a peut-être un problème sous-jacent à évaluer tel la présence de bruxisme, de serrement de dents ou une habitude orale qui déloge de façon puissante la restauration. Par exemple, j’ai connu une patiente qui avait décimenté une facette de porcelaine, car elle avait l’habitude de ronger ses ongles frénétiquement par nervosité lors de ses périodes d’examens. Je vous recommande de vérifier les causes de cette décimentation avec votre dentiste pour éviter qu’un tel accident ne se reproduise.

      Vous pouvez consulter notre section sur le bruxisme et le serrement des dents.

      Cordialement,
      Dre Anne-Marie Blouin

  3. MOREZ dit :

    Bonjour,

    Actuellement, j’ai sur une grosse molaire vivante de la résine , en attendant d’avoir de la céramique.

    Est -ce normal d’ avoir mal lors de la mastication ? Le moignon est à 1 mm de la gencive d’un coté . De l’autre coté c’est un peu plus haut.

    Je m’inquiète de savoir si, lorsque j’aurai la couronne en céramique la douleur disparaîtra?

    Dans l’attente de votre réponse et avec mes remerciements.

    Cordialement Jacques M.

    1. Clinique dentaire Galt dit :

      Bonjour Jacques,
      Pour votre douleur, cela pourrait être normal si c’est en raison du scellent temporaire de la molaire en résine qui fait en sorte qu’il y a du mouvement de la restauration lors de la mastication ou encore si la restauration temporaire n’est pas parfaitement ajustée au niveau des contacts avec la dent antagoniste. Par exemple, si la couronne temporaire est trop haute. Par ailleurs, il serait bon de retester la vitalité avant de cimenter votre couronne définitive car il se pourrait aussi que cette douleur soit provoquée par un problème de la pulpe de votre dent (la partie vivante). En effet, lorsque les réparations sont profondes et que les dents sont usées, on s’approche de cette partie vitale et il arrive que la pulpe soit irritée et finisse par nécroser. Si jamais la pulpe est effectivement malade d’une manière irréversible, vous aurez le choix de procéder à un traitement de canal (dévitalisation) ou encore d’extraire la dent.

      Les Dentistes de la Clinique Dentaire Galt

  4. Yves dufour dit :

    Bonjour, j’ai récemment eu deux consultations avec une nouvelle dentiste de sherbrooke pour lesquelles je me pose de sérieuse question.
    En effet lors de ma première rencontre elle me mentionne j’ai une carie près de mon pont papillon et recommande de procéder…. çe que j’accepte. Après avoir enlever le pont et en réparant la carie elle m’informe qu’un pont papillon ne se repose pas et que je devrais envisager un implant… qui coûte 3000$….
    Je étuis déçu de sa façon de faire et comme je n’ai pas d assurance j’insiste pour qu’elle fasse l’impossible pour replacer le pont.
    Çe qu’elle fait en me prévenant que celui peut ou peut ne pas durer.
    Après cela elle m’informe qu’un de mes plombage est légèrement fissuré et me recommande de le réparer…. j’accepte à nouveau…. mais le travail semble terriblement ardu et constaté qu’elle doit aller tres profondément…. je paie mes frais et quitte…. je dois revenir le lendemain car la douleur est intolérable…. la dentiste fait encore du travail et m’invite à la rappeler dans 3 semaines si la douleur est encore vive….car il se peut qu’elle doive faire un traitement de canal a 1200$.
    Je suis déçu de voir qu’en aucun temps elle m’ait avisé des conséquences de chacun des gestes posés…
    J’aurais alors probablement attendu avant de faire réparer la carie proche du pont…. ainsi que pour le plombage….
    J ai perdu confiance car le manque de professionnalisme semble évident…

    1. Clinique dentaire Galt dit :

      Bonjour M. Dufour,
      Nous comprenons bien votre déception. Lors de notre rencontre avec le client pour évaluer une condition et planifier le travail à faire, nous nous faisons un devoir de leur donner les informations pertinentes quant aux risques et aussi aux différents choix qui s’offrent à eux. Malgré tout, il arrive occasionnellement que certaines situations soient imprévues et nous ne pouvons pas toujours aviser les clients de toutes les éventualités possibles. Si vous avez perdu confiance en cette dentiste et que vous souhaitez nous consulter pour évaluer votre situation nous serions heureux de vous présenter les solutions qui s’offrent à vous avec un avis quant au risques et aux complications associés à vos différents choix.

      Les dentistes de la Clinique Dentaire Galt.

  5. Marilyn Mc Kenna dit :

    Bonjour, j’aurais besoin d’un deuxième avis. Je sais qu’il est difficile d’évaluer une situation lorsque vous ne pouvez le voir en personne mais bon. Voilà, le 33 mai dernier j’ai eu une pose d’une couronne suite à une perte d’un ancien plombage qui s’est brisé avec une partie de ma dent. On m’a conseillé de faire une couronne puisque j’avais aussi des fissures dans ma dents. Jusqu’à maintenant, je n’avais aucune douleur à cette dent ni sensibilité au chaud et au froid. Suite à la pose de la couronne, aucune douleur dans les jours qui suivent si ce n’est que je ne peux mastiquer à cause d’une douleur à la pression. En quelques jours (environ une semaine et demi), j’y suis retournée 3 fois pour des ajustements qui selon mon dentiste allaient régler le problème. Au dernier ajustement, in me conseille de ne plus mastiquer de ce côté et d’attendre 1 mois. 1 mois plus tard (la semaine passée), je retourne au dentiste car toujours une douleur présente à la mastiquation seulement. Mon dentiste ne sait pas du tout la raison de cette douleur et sur les radios il n’y a rien d’anormal. Elle décide donc de me dire qu’elle va décimenter ma couronne et la refaire (rendez-vous demain justement). Mais j’ai une crainte car maintenant elle m’indique que le fait de rejouer sur la dent pourrait mener à un traitement de canal car on joue près de les nerfs. Je suis donc au pied du mur car je ne peux toujours pas manger sur ce côté mais en même temps je ne veux pas de traitement de canal… à la base lorsque mon plombage a cassé avec une partie de ma dent je n’avait aucune douleur ni à la mastiquation. J’ai vraiment peur que ça finisse en traitement de canal… Alors selon vous, devrais-je faire refaire ma couronne ou bien essayer de refaire des ajustements? Merci de votre aide!

    1. Clinique dentaire Galt dit :

      Bonjour, Vous avez raison, c’est difficile de vous donner un avis juste sans vous examiner. Il arrive que la reprise d’une couronne ou d’une obturation soit la solution pour un `régler un inconfort persitant. Il est aussi possible que vous ayez besoin d’un traitement de canal et ce même sans refaire la couronne, alors vraiment impossible pour moi de vous dire quoi faire. Pour avoir un véritable 2e avis, il faudrait consulter en personne un dentiste de notre clinique ou ailleurs (pour voir l’état de la couronne actuelle, la qualité de son scellement et de l’adapation de la couronne sur la dent, les symptômes d’inconfort (inconfort à la pression, au froid, au chaud, etc…). Il est important de vous sentir en confiance avec votre dentiste, si vous avez des doutes, cela vaut la peine de prendre le temps de consulter quelqu’un d’autre avant de prendre votre décision.

  6. Katelyne dit :

    Puis-je poser une question merci

    1. Clinique dentaire Galt dit :

      Bonjour Katelyne, oui vous pouvez poser une question, le blogue est là pour ca. Nous répondons a la majorité des questions qui nous sont posées, par contre, nous ne pouvons pas fournir de diagnostic, il faut aller voir un dentiste pour ca !

  7. Sarah dit :

    Bonjour
    Voilà je suis partie voir le dentiste aujourd’hui il m’a dit que sous ma couronne j’avais une dent fêlée et pour cela je devais me faire enlever la couronne mais la dent également, chose qui me fait tres peur. Il me dit également qu’après tout ca je devrai rester 2 mois sans dents et qu’après tout ca je devrai me faire réouvrir la gencive pour remettre de l’os car je n’en ai qu’un peu et pour mettre un implant. Je suis obligée ? N’y a-t-il pas un autre moyen j’ai très. peur merci de me répondre Sarah

    1. Clinique dentaire Galt dit :

      Bonjour Sarah, si votre dent est bien fracturée en profondeur au niveau de la racine, il faudra en effet la faire extraire. Pour ce qui est de la suite, tout dépend de la situation. Les implants permettent de remplacer les dents et sont très intéressant pour redonner une fonction de mastication qui se rapproche beaucoup de celle qu’on a avec des vraies dents, par ailleurs, il existe d’autres solutions qui peuvent être intéressantes selon la situation (pont fixe, prothèse partielle amovible), parfois ne pas remplacer peut être le meilleur choix, tout dépend de la situation. Aussi pour ce qui est du 2 mois sans dent, il faudrait voir où est la dent dans le sourire. Si ce n’est pas visible et que la mastication est possible sans cette dent, ca peut aller, le temps que le tout guérisse et soit prêt pour la solution de remplacement de la dent. Par contre, si cela est visible et que ça vous gène, il existe probablement des solutions temporaires pour remplacer la dent le temps que le tout guérisse. Il est difficile de vous en dire plus sans procéder à votre examen. Restez à l’écoute de comment vous vous sentez par rapport à la solution qui vous est proposée. Il est important que vous sentiez que vous choisissez ce qui vous convient le mieux… Et n’oubliez pas qu’il n’y a pas de réponse unique, ce qui est le mieux pour quelqu’un d’autre, pourrait ne pas convenir du tout pour vous !

  8. Christelle dit :

    Bonjour,
    Je me suis fait poser 3 couronnes (Onlay de type Cerec) sur les dents 17 27 et 47 le 4 décembre dernier. La raison était que mes dents étaient usées, presque à la dentine d’après ma dentiste (en raison de traitement agressifs et de grincement de dents nocturne qui usaient les dents).
    LA pose fut compliquée car grosse difficultés d’endormissement de la machoire inférieure droite.
    Depuis ce jour, bien que j’y sois retournée 2X, la mastication est assez douloureuse. Je ne souffre qu’à la mastication et cela n’empire pas. Il semble que à chaque visite, après mise à niveau des contacts et pose de Force PLUS (car légère sensibilité au froid pour une des trois dents), c’est légèrement mieux mais je ne peux toujours pas mastiquer (des deux côtés), depuis presque 20 jours.
    Je prends de l’ibuprofène 1200mg/jour depuis 7 jours pour traiter une inflammation éventuelle, sans véritable effet.
    Est-ce normal que ce soit si long? La douleur est la même sur les 3 dents (1 à gauche, 2 à droite), ce qui me fait penser que ce n’est pas comme si une pose avait réussi et les autres moins bien.
    D’avance je vous remercie de votre éclairage.

    1. Clinique dentaire Galt dit :

      Bonjour, il arrive qu’il y ait de l’inconfort passager suite à des travaux de restauration majeurs. Pour l’ibuprophene, ca peut aider, mais il faut faire attention a prendre des doses aussi importante sur une longue durée car ca peut finir par irriter l’estomac. Si vous ressentez que les dents frottent encore trop fort, il serait pertinent de revoir le dentiste pour un autre ajustement. Si ca ferme bien, même en promenant la machoire inférieur contre la machoire supérieure de coté et vers l’avant, alors il pourrait valoir la peine d’attendre un peu. Des radiographies post-op ont-elles été prises (pour vérifier que les restaurations sont bien scellées et qu’il n’y a pas d’excès de colle)? Si ce n’est pas le cas, il vaudrait la peine de prendre des radiographies.

  9. Marie-Anne dit :

    Bonjour, Mon fils de 20 ans s’est cassé les deux incisives il y a 9 mois. Après une restauration en résine peu satisfaisante car fragile, le dentiste lui propose une pose de facettes Cerec, afin de préserver le plus possible, ce qui reste des dents (racines en bon état,les nerfs toujours vivants…). Le dentiste semble sûr de lui et je ne mets pas en doute son choix. Mais J’ai trouvé peu d’information concernant la pose de facettes sur des dents fracturées et sur la procédure.
    Peut-on coller des facettes sur des dents fracturées?
    La facette est-elle fabriquée sur mesure, en fonction de la dent qu’elle doit camoufler?
    En vous remerciant par avance
    Cordialement

    1. Clinique dentaire Galt dit :

      Bonjour Marie-Anne,
      Chaque situation doit être évaluée en fonction de la structure dentaire restante. En générale, si il reste beaucoup de structure saine, on optera pour un composite (résine), s’il reste trop peu de structure restante ou que cette portion est fragile, il arrive qu’un recouvrement complet (couronne) soit plus solide que la restauration de résine. Une facette est une procédure esthétique pour recouvrir le devant d’une dent qui présente un défaut esthétique de forme ou de texture. La facette ne renforce pas la dent, mais peut être une solution conservatrice intéressante à certains problèmes esthétiques.

  10. Joannie dit :

    Bonjour , mon dentiste ma fait des restaurations de type cerec récemment , suite à la l’obturation par cerec de la dent 26 qui n’était pas complètement en cerec (il reste encore des bout de dent naturelle) tout était parfait jusqu’à ce je sente la couronne de la dent 24 qui fermait sur l’autre couronne de la dent du bas, il a limer celle ci pour essayer de m’accommoder suite au limage de ses deux dent , la dent 26 est devenu en surocclusion , il refusait de me meuler celle ci (dent 26) sous prétexte que selon le papier bleu tout était adéquat malgré mon inconfort . J’ai consulter un autre dentiste qui a constater la suroclusion de cette dent et qui a meuler la dent 26 , suite à ce meulage je me sentais confortable mais voilà qu’au moment de manger sur celle ci (à noter que j’ai une dent manquante du côté gauche en bas et que je mange avec la dent 26 du haut et celle du bas essentiellement) je remarque que la mastication est devenu un peu moins facile , elle fait encore son boulot mais ma mastication est plus laborieuse car je ne sent plus la dent 26 mastiquer adéquatement. J’ai peur d’être en sous occlusion et je me demande quelle sont mes alternative avenant un tel cas , je vais bien sur aller reconsulter ce deuxième dentiste qui me la meuler mais je suis vraiment angoisser de ne plus retrouver une qualité de mastication normale si il ne peux plus m’aider dans le cas où il en aurait trop enlever. Que puis je faire? Est-ce réversible ? devra t-il refaire le cerec en totalité s’il en a trop enlever ? J’ai consulter 2 dentistes différent pour cette dent et j’ai peur que cela joue contre moi! merci!

    1. Clinique dentaire Galt dit :

      Bonjour Joannie,
      L’ajustement de l’occlusion est parfois complexe. Si initialement l’occlusion est imparfaite et que du travail est fait sur une dent, il est impossible de refaire exactement la même imperfection que par le passé. Ainsi, on voudra éviter que la nouvelle dent accroche (qu’il y ait des interférences). Par conséquent, en enlevant les interférences sur cette dent, il arrive qu’une autre dent qui avant ne nous dérangeait pas se mette à être inconfortable. Il faut parfois faire un rééquilibrage complet de la bouche pour que le confort revienne. Lorsqu’un travail de rééquilibrage est nécessaire, le dentiste peut étudier le travail à faire sur des modèles de pierre ( il prend un moule des dents du patient qu’il assemble sur un articulateur (une fausse mâchoire) pour voir comment les dents se touchent) et il effectue la correction sur le modèle de pierre pour voir ce qui est requis comme meulage (ou ajout de matériel de restauration au besoin. Si on meule trop une dent, on peut soit remettre du matériau sur cette dent (composite) ou on attend et les dents peuvent bouger avec le temps pour retrouver de nouveaux contacts. Pour ce qui est d’avoir consulté 2 dentistes différents, cela ne sera pas nécessairement un problème, en autant que la personne qui procède au rééquilibrage de votre dentition maîtrise bien cette technique. Vous pouvez aussi vous donner un peu de temps pour voir si la situation ne se corrigera pas d’elle-même. Il arrive qu’une occlusion inconfortable le soit pour quelques semaines puis que le tout finisse par rentrer dans l’ordre (les dents bougent et s’usent un peu). Par ailleurs si cet inconfort persiste, la rééquilibration complète serait probablement aidante !

  11. Daphnea dit :

    Bonjour,

    J’ai reçu un diagnostic de fissure radiculaire verticale d’une profondeur de 9 mm. Mon dentiste n’a pas l’équipement CEREC et suggérait de me référer à un autre dentiste pour faire un implant. Il m’a enlevé la partie cassée flottante de la dent et il me reste une autre partie ancrée dans l’os (environ 1/3 de la dent). Il compte extraire cette partie restante pour pouvoir effectuer l’implant. En ce moment, toutefois, je l’ai encore. Cette dent a déjà subi un traitement de canal il y a 10 ans. Je ne suis pas très à l’aise à l’idée de faire un implant et je me demandais si la céramique pourrait plutôt être une alternative? Bien sûr, je sais que vous n’avez pas vu la dent, mais avec une telle profondeur et sachant que cette dent a reçu un traitement de canal auparavant, et qu’il reste encore une partie de dent accrochée à l’os (1/3 de la dent sur la face externe (présentement il n’y a pas encore de trou visible car l’extraction n’a pas eu lieu) est-il envisageable d’utiliser de la céramique plutôt qu’un implant? Je n’ai pas eu d’inflammation ou d’infection suite à cette fissure. Merci de m’informer et de votre précieuse aide à ce sujet. L’idée d’avoir une vis de titane plantée dans l’os ne m’inspire pas et je cherche des alternatives. Si vous en avez d’autres à suggérer, merci de me renseigner. Bonne journée,

    1. Clinique Dentaire Galt dit :

      Bonjour Daphnea, a priori, une cassure si profonde sous la gencive me laisse croire que l’extraction est la solution la plus raisonnable. Si vous êtes hésitante pour l’implant de titane, sachez qu’il existe des implants de zircon (de la céramique) ou encore qu’un pont fixe ou une prothèse amovible sont d’autres alternatives. Il arrive qu’on puisse garder une dent qui s’est fracturée sous la gencive. il faudrait que la racine de la dent soit très longue et il faudra probablement procéder à un allongement de couronne (enlever de l’os autour de la dent pour rendre accessible la marge (là ou la cassure a eu lieu). Il faut aussi que la racine ne présente aucun signe d’infection. Il est rare que toutes ces conditions soient réunis et l’implant est généralement considéré comme une solution au pronostic meilleur, mais sans voir votre dent, je ne peux vous le confirmer.

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).